Tumeurs du rein

Parfois, le cancer du rein peut être révélé par la présence de sang dans les urines, d’une douleur des lombes, d’une masse lombaire à la palpation, d’une fièvre persistante, d’un amaigrissement, voire par une dilatation récente des veines du testicule (varicocèle).

Pour le diagnostic des tumeurs du rein, l’examen de référence est le scanner de l’abdomen avec injection. Afin de compléter le bilan et vérifier l’absence de localisations à distance (métastases), d’autres examens pourront être prescrits: bilan sanguin, scanner thoracique, IRM, échographie-doppler, scintigraphie osseuse, TEP-TDM.

En cas de doute diagnostique, sera discutée une biopsie de la tumeur rénale sous contrôle radiologique (sous échographie ou scanner).

Chaque cas de tumeur du rein est discuté en réunion de concertation pluridisciplinaire d’oncologie où tous les spécialistes des traitements du cancer (urologue, oncologue, radiothérapeute, radiologue, anatomo-pathologiste…) discutent du traitement le plus adapté pour chaque patient.

Principaux traitements des tumeurs malignes limitées au rein :

– Néphrectomie totale élargie :

La néphrectomie totale est le traitement de référence pour les tumeurs malignes du rein volumineuses. L’intervention consiste à enlever le rein et la graisse qui l’entoure. Pour retirer le rein, le chirurgien va ligaturer puis sectionner les artères et veines du rein, ainsi que l’uretère. La néphrectomie est réalisée par coelioscopie – intervention sous caméra par de petites incisions au niveau du ventre (Voir Coelioscopie) -, ou par chirurgie ouverte par une plus grande incision au niveau de l’abdomen ou des lombes.

Voir la fiche d’information sur la néphrectomie élargie

– Néphrectomie partielle ou conservatrice

L’objectif de la néphrectomie partielle est de ne retirer que la tumeur en conservant le reste du rein (tumorectomie). C’est le traitement de référence pour les tumeurs de moins de 4 cm situées sur la périphérie du rein. Elle est également discutée pour des tumeurs plus volumineuses chez des patients porteurs d’un rein unique, chez les insuffisants rénaux, en cas de tumeurs atteignant les deux reins, ou si le patient risque de développer d’autres tumeurs du rein ultérieurement (dans certaines maladies génétiques comme la maladie de von Hippel Lindau). L’opération est réalisée en chirurgie ouverte, par coelioscopie ou par coelioscopie robot-assistée (Voir Coelioscopie).

+ Fiche PDF AFU néphrectomie partielle pour tumeur

– Autres techniques (cryoablation, radiofréquence)

Ces techniques consistent à traiter spécifiquement la tumeur, par la chaleur (radiofréquence) ou le froid (cryothérapie). Elles exposent néanmoins à un risque plus élevé de récidive que les traitements chirurgicaux.